• 5 décembre 2019

La réalité des attentats sous faux drapeau

La réalité des attentats sous faux drapeau

Il y a quelques semaines, le président des États-Unis, Donald Trump, autorisait la publication de milliers de documents secrets relatifs à l’assassinat de JFK. Si bon nombre de ces informations concernent le meurtre du 35e président des États-Unis, d’autres confirment des pratiques peu démocratiques, voire criminelles, employées par les américains en vue de renverser des pouvoirs jugés peu complaisants à leur égard. Les attaques sous faux drapeaux figurent en tête de la liste des opérations utilisées par les services secrets US pour arriver à leurs fins.

Tout d’abord, il est bon d’expliquer ce qu’est un attentat sous faux drapeau. Également appelé opération sous fausse bannière, un attentat sous faux drapeau désigne une action dirigée en se servant de marques de reconnaissance de son adversaire.

Tandis que de nos jours, les grands médias s’évertuent à déverser leur propagande grossière pour tuer toute version alternative rationnelle et factuelle, ces documents des sixties constituent une preuve supplémentaire et irréfutable que, depuis longtemps, les États-Unis commettent des actions illégales pour imposer leurs intérêts à d’autres, et ce, en manipulant leur population.

Dans les années 1960 donc, c’est la chasse aux régimes communistes. Fidel Castro est l’homme à abattre pour les Américains. Un document récemment dévoilé explique ainsi que la CIA a examiné les possibilités d’organiser des attaques sous faux drapeau à Miami en Floride, puis d’accuser les Cubains pro-Castro. Il s’agissait de l’Opération Mangoose.

Ci-dessous, un extrait tiré d’un document énonçant les multiples aspects de cette fameuse Opération Mangoose :

« Nous pourrions élaborer une campagne de terreur communiste-cubaine dans la région de Miami, dans d’autres ville de Floride et même à Washington. Nous pourrions faire couler un bateau chargé de Cubains en route pour la Floride (réellement ou de façon simulée). Nous pourrions encourager d’intenter à la vie de réfugiés cubains aux États-Unis, même au point de les blesser pour obtenir des exemples sur lesquels nous communiquerions abondamment. Faire exploser quelques bombes à des endroits soigneusement choisis, puis arrêter un agent cubain en diffusant des documents préparés soutenant l’implication cubaine pourraient également aider à projeter l’idée d’un gouvernement irresponsable. »

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour le document complet cliquez sur ce lien : https://www.archives.gov/files/research/jfk/releases/docid-32112987.pdf

himaya

Read Previous

Coup d’État au Vatican ?

Read Next

France / Algérie : trois accords industriels signés à Alger

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Résoudre : *
21 − 10 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.