• 5 décembre 2019

La puce RFID : c’est vous qui la réclamerez !

La puce RFID : c’est vous qui la réclamerez !

Nos chères élites savent toujours bien comment nous manipuler en vue d’imposer leurs choix, tout en faisant croire que c’est pour notre bien. Les exemples abondent. Pêle-mêle, citons l’école laïque, la construction européenne, la monnaie unique ou encore l’argent électronique.

À coup de propagande intensive, grossière de surcroît, les gouvernants assujettissent les gens qui, coupables de s’adonner à un matérialisme outrancier, se laissent faire et acceptent bon nombre de choses totalement opposées à leur intérêt. La tradition musulmane avait déjà découvert cette ruse diabolique en expliquant qu’un des pièges d’Iblis consistait à embellir le laid – le faux, le mensonge, le préjudiciable aux hommes ; et à enlaidir le beau – le vrai, la vérité, l’intérêt des hommes.

Les IPhones d’Apple illustrent de façon édifiante ce propos. Dotés de systèmes de surveillance, ces smartphones constituent de véritables mouchards bafouant tous les principes de respect de la vie privée. Edward Snowden avait d’ailleurs lancé l’alerte encore une fois et conçu une coque rendant inviolables les IPhones. Toutefois, ces avertissements n’ont pas découragé les clients qui, séduits par l’idée de détenir le nec plus ultra, ont attendu des heures, voire des jours, dans de longues files pour acheter le téléphone si précieux.

Les puces RFID représentent la prochaine étape du programme mondialiste de contrôle des  populations. Aussi grosse qu’un grain de riz et implantée sous la peau de la main, dans une zone située entre le pouce et l’index, la puce radio-identification est présentée comme un dispositif extrêmement pratique qui permettra d’éviter les queues en magasin, de ne plus chercher son badge pour accéder au lieu de travail, etc., etc. Celui qui parle le mieux des fantastiques avantages de la puce RFID, c’est bien l’inénarrable Jacques Attali.

En Suède, des employés sont contents de s’être fait implanté la puce et en Espagne, les fêtards peuvent désormais payer leurs boissons en boîte de nuit d’un simple mouvement de la main.

Aux États-Unis, là encore, ce sont des salariés d’une entreprise du Wisconsin qui participent carrément à des chip party au cours desquelles on leur insère la puce, et ce, gratuitement s’il vous plaît !

Le professeur en technologie de l’information, Alessandro Acquisti, avertit que la RFID n’est peut être pas une si bonne idée (même s’il n’est pas nécessaire d’avoir un doctorat pour s’en rendre compte). Il note que  « les entreprises affirment souvent que ces puces sont sécurisées et cryptées ; mais “crypté”  est un terme vague qui pourrait aussi dire qu’il s’agit d’une chose facilement piratable ».

Autre objection que soulève le Dr Acquisti : une technologie conçue pour un objectif peut, plus tard, être utilisée dans un but inavouable. Ainsi, une puce implantée aujourd’hui afin de faciliter l’accès à un bâtiment ou des paiements pourrait demain, être utilisée de façon plus invasive, comme pour surveiller les temps de pauses entre autres, et ce, sans le consentement des gens ou sans même qu’ils le sachent. C’est orwellien !

Feu Aaron Russo, ancien producteur de cinéma, mettait en garde lui aussi contre les dangers d’une puce insérée sous la main. Dans ce qui est devenue sa dernière entrevue, il explique qu’à terme, cette fameuse puce vise à notamment contrôler les comptes bancaires des gens. Un clic suffira pour se faire couper les vivres, accéder à toutes vos données personnelles, bref la totale en matière d’invasion de la vie privée.

Comme l’histoire l’a toujours démontré, trop de gens restent sourds aux alertes. Nous nous jetons nous-mêmes dans la gueule du loup, et ce, dans la joie et l’allégresse ! La puce RFID est incontestablement à refuser. Un homme averti en valant deux, préparons-nous et prions notre Seigneur de nous protéger et de nous accorder une bonne fin.

0 Reviews

Write a Review

Read Previous

France / Algérie : trois accords industriels signés à Alger

Read Next

L’intelligence artificielle, le revenu universel et l’islam