• 5 décembre 2019

Laïcité: Castaner partage le constat de la droite

https://www.youtube.com/watch?v=CFnR-zGZze4

Laïcité: Castaner partage le constat de la droite

Le ministre de l’Intérieur a reçu mardi Bruno Retailleau et Xavier Bertrand pour évoquer la montée du communautarisme.Par Emmanuel GalieroPublié le 12 novembre 2019 à 20:07, mis à jour le 13 novembre 2019 à 18:17

Visiblement, le ministre de l’Intérieur Castaner s’intéresse aux moyens d’anticipation proposés par Bruno Retailleau.
Visiblement, le ministre de l’Intérieur Castaner s’intéresse aux moyens d’anticipation proposés par Bruno Retailleau. ALAIN JOCARD/AFP

Lucidité et volonté. En sortant de la réunion organisée mardi au ministère de l’Intérieur, Bruno Retailleau est apparu satisfait. La discussion était «franche» et l’ensemble des participants ont partagé le même constat sur l’ampleur préoccupante prise par le communautarisme en France, a-t-il confié au Figaro.À lire aussi : Guillaume Tabard: «La laïcité refait l’unité de la droite»

Outre les ministres Laurent Nuñez, Nicole Belloubet (Justice) et Bruno Retailleau, le rendez-vous initié par Christophe Castaner a également réuni Xavier Bertrand, président ex-LR des Hauts-de-France, Frédéric Rose, secrétaire général du comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR), et Bernard Rougier, professeur à la Sorbonne et auteur d’un livre enquête sur les territoires conquis de l’islamisme.

De manière très claire, un islamisme politique, qui place la charia au-dessus de la loi de la République, tente de prendre le contrôle des esprits et des territoires.

Bruno Retailleau

«Nous avons partagé le diagnostic, notamment grâce aux interventions remarquables du professeur Bernard Rougier. Il nous a permis de prendre la mesure d’un phénomène qui devient inquiétant. De manière très claire, un islamisme politique, qui place la charia au-dessus de la loi de la République, tente de prendre le contrôle des esprits et des territoires», note le président du groupe LR au Sénat.

S’adressant aux trois ministres lui faisant face, Bruno Retailleau a souligné le fait que cette situation inquiétante obligeait chacun à faire une analyse précise sur les moyens d’action. Il a notamment insisté sur le fait que le combat devait être mené de manière «globale» et sur «plusieurs fronts».À lire aussi : Listes communautaristes: Le Figaro dévoile la proposition de loi Retailleau

Sur ce thème, Bruno Retailleau et ses équipes viennent de rédiger une proposition de loi, dévoilée jeudi dernier, dans Le Figaro. Le sénateur s’est beaucoup investi dans la rédaction de ce texte visant à «assurer le respect des valeurs de la République face aux menaces communautaristes». Il propose un durcissement de l’arsenal législatif et un rappel des grands principes de la laïcité alors qu’à la veille des municipales prévues en mars, les listes communautaristes menacent de s’inviter dans plusieurs villes.

Circulaire sur la radicalisation

Visiblement, Castaner s’intéresse aux moyens d’anticipation proposés par Retailleau. Cette question des outils a animé une partie de la discussion, chacun étant conscient de la nécessité de trouver les bons leviers pour lutter contre le danger communautariste. Mardi, le ministre de l’Intérieur a affirmé n’écarter aucune voie. Il a évoqué l’idée d’une circulaire sur la radicalisation destinée aux préfets et il n’a pas écarté la possibilité d’intervenir sur le plan législatif, voire d’envisager une révision de la Constitution.

En collaboration avec Philippe Bas, président LR de la commission des lois au Sénat, Bruno Retailleau avait proposé un ajout dans l’article 2. Les parlementaires avaient jugé utile d’insister sur le devoir de laïcité relevant de chaque citoyen, selon lequel «nul ne peut se prévaloir de ses croyances ou de sa religion pour échapper à la loi commune».

Enfin, le quatrième outil évoqué est une charte des partis politiques obligeant les formations à s’engager sur la laïcité. Parallèlement, mardi, le député LR Robin Reda, proche de Valérie Pécresse, a proposé une «charte de la laïcité pour démasquer les listes communautaires» aux municipales.Retailleau a eu le sentiment d’une « prise de conscience » mais il reste prudent.

Après la réunion, le ministère n’a pas fixé de nouveau rendez-vous. Retailleau a eu le sentiment d’une «prise de conscience» mais il reste prudent. «Je sais parfaitement que dans la macronie, tout vient du haut. Et je ne suis pas sûr du tout que le président de la République saisisse la dangerosité de l’islam politique. Si la volonté ne se traduit pas par des actes, elle ne signifiera rien. J’attends de voir», a-t-il dit. Côté gouvernement, on banalise la rencontre, en tentant d’enfoncer un coin. «C’est important qu’il y ait des relations informelles avec le président du principal groupe politique au Sénat, note un ministre. Après, sur le fond, les positions de Bruno Retailleau et de Xavier Bertrand ne sont pas identiques sur le sujet. Quant à leur proposition, elle paraît difficilement applicable car personne ne se présentera jamais comme communautariste

himaya

Read Previous

Droits de l’homme vous avez dis ?

Read Next

Attentat de Trèbes : les relations d’un indic avec le terroriste interrogent